E-commerce : vers un commerce en ligne plus respectueux de l’environnement

debuter-trading
5 plateformes à essayer pour bien débuter en trading
juillet 28, 2021
xavierniel
Free quitte la Bourse et vend ses actions à 182€ l’unité
juillet 30, 2021
protection_planète

Le commerce en ligne prend de l’ampleur après la pandémie du covid-19. Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à effectuer leurs achats en ligne. Mais l’environnement n’en souffre pas moins, car les activités en ligne engendrent une utilisation massive d’emballages. Afin de diminuer l’impact environnemental de leur activité, 15 acteurs ont signé une charte pour un e-commerce durable.

15 sites s’engagent pour un e-commerce plus vert

Le 28 juillet 2021, 15 sites e-commerce se sont engagés auprès de l’Etat pour une logistique et un e-commerce plus écologique. La signature de la charte a été réalisée en présence de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili et du secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O. Cet événement a vu la présence de tous les grands acteurs e-commerce – Ebay, CDiscount, SOS Accessoire, La Redoute, Veepee, Fnac-Darty, Rakuten, à l’exception d’Amazon.

cdiscount-occasion

Une démarche volontaire qui n’expose à aucune sanction

Après plusieurs mois de concertation menée par l’agence publique France Stratégie, la Fédération du e-commerce et de la vente (Fevad), ainsi que le gouvernement d’entreprises France Logistique, une charte pour un e-commerce durable a été établie. En signant cet accord, les 15 acteurs du commerce électronique s’engagent à réduire l’impact environnemental de leur activité à tous les niveaux de la supply chain. Cet engagement porte notamment sur 10 mesures concrètes,  axées sur la réduction de l’émission de carbone. Il engage la responsabilité de tous les acteurs signataires sans les exposer à aucune sanction en cas de non respect.

marketing-vert

Un volume d’emballages réduit

D’ici à décembre 2024, les signataires de la charte devront réduire le volume des emballages utilisés à la livraison à une hauteur minimum de 75%. Marie Even, directrice générale adjointe de CDiscount, se félicite déjà d’avoir rempli cet engagement à 95% durant ces trois derniers mois. Le géant français de l’e-commerce prévoit même de déployer l’utilisation de ses emballages réutilisables sur l’ensemble de son offre e-commerce d’ici janvier 2022. A noter que CDiscount utilise une machine à emballage 3D depuis 2015. Un concept qui lui a permis de réduire de 30% la quantité de matériaux utilisé.

De son côté, le président de SOS Accessoire, Olivier de Montlivault a également annoncé le déploiement de son nouvel outil logistique d’ici fin 2021. Grâce à cet outil innovant, ce spécialiste de la vente en ligne de pièces détachées pour l’électroménager, va créer des colis parfaitement adaptés à la taille de chacun de ses produits. Un concept qui va réduire de 25% le volume de ses expéditions d’ici janvier 2022. De même, l’entreprise enverra également moins de camions sur les routes pour les livraisons.

emballage-ecologique

Des trajets plus optimisés

L’optimisation des trajets pour les livraisons figure également parmi les actions concrètes qui engagent la responsabilité des plateformes. Ce volet met essentiellement l’accent le choix d’expédier en une seule fois l’ensemble des produits commandés en même temps par un même consommateur. Cette stratégie permet de limiter les allers-retours du consommateur à un même point de retrait, pour récupérer plusieurs colis d’une même commande. C’est notamment le cas lorsque les produits achetés ne proviennent pas des mêmes entrepôts de stockage.

livraison
man accepting a delivery of boxes from delivery service courier

Des véhicules de livraison à faibles émissions de CO²

L’autre sujet sur lequel s’engagent les sites e-commerces concerne les véhicules de livraison. Toutes les boutiques de vente en ligne devront désormais informer leurs consommateurs de l’impact de leurs achats sur l’environnement. A partir de janvier 2023, ils devront notamment informer les consommateurs sur les différentes modalités de livraison possibles, en précisant le moyen le plus écologique. De même, tous les marchands qui disposent d’un espace de stockage (privée ou de location), devront respecter des certifications environnementales de types Breeam, Leed ou HQE. Ils devront également choisir uniquement des véhicules à faibles émissions de CO² pour les livraisons des articles.

vehicules-ecolo

Une plateforme d’open data

D’ici le mois de septembre 2022, les 15 sites qui ont signé la charte devront également permettre à leurs consommateurs de vérifier le label « écolo » sur l’ensemble de leurs produits. Un concept que seul le leader français de l’e-commerce, CDiscount peut se vanter d’avoir mis en place depuis 2019 sur ses produits made in France.

Pour le reste, toutes ces mesures devront être progressivement mises en place d’ici la fin de l’année. Le gouvernement français fera un suivi de faits auprès de toutes les entreprises qui se sont engagées dans cette démarche écologique. Pour cela, un compte rendu de toutes les actions entreprises par ces géants de l’e-commerce sera exigé tous les ans par les services de l’Etat compétents.