Guerre en Ukraine : quel impact sur l’immobilier en France ?

wallet en ligne
Tout savoir sur le wallet ou portefeuille crypto
mars 11, 2022
Crypto Casino
Tout savoir sur le crypto casino ou comment miner les cryptos de façon ludique ?
mars 17, 2022
Paysage de guerre en Ukraine

L’immobilier français est sorti plutôt renforcé de la pandémie de la covid-19. Mais après avoir maintenu une certaine stabilité au niveau du prix et de la fiscalité, cette belle dynamique pourrait soudainement crouler sous l’effet de la guerre qui oppose l’Ukraine à la Russie. Les experts prévoient une hausse certaine des prix, qui va entraîner une baisse de la demande. Des changements radicaux sont également à prévoir en termes de fiscalité, faisant reculer tous nouveaux projets de construction. Le point sur les conséquences directes du conflit russo-ukrainien sur l’immobilier en France.

Les investisseurs font un pas en arrière

La guerre en Ukraine va assurément provoquer une crise économique plus intense que celle engendrée précédemment par la pandémie de la covid-19. Selon de nombreux experts, les investisseurs, pourtant impassible face à l’actuelle crise sanitaire, hésitent désormais à deux fois avant d’investir dans l’immobilier. Face à des images de morts et de blessés qui se chiffrent en centaine par jour, ainsi que des immeubles complètement ravagés par les bombardements incessants, ils préfèrent « attendre un peu ». Mais avec un horizon de paix qui s’éloigne de plus en plus, la baisse des ventes risque d’entraîner une hausse certaine des prix.

« Les images des morts et des blessés mais aussi des immeubles mis à bas sont choquantes. La guerre a fait plonger le moral des Français dans les chaussettes. Le risque géopolitique est vu comme non maîtrisable, contrairement au risque sanitaire, d’autant que Vladimir Poutine brandit la menace nucléaire ».

Henry Buzy-Cazaux, Capital
Un doigt sur la touche "investissement"

90% des ménages craignent le pire

Les Français affirment avoir eu moins peur de la covid-19 que de la guerre actuelle en Ukraine, et ils ont raison. Alors qu’ils étaient pratiquement convaincus par les mesures sanitaires prises par l’Etat pour les protéger d’une éventuelle mort certaine face à une maladie quasi-incontrôlable, les ménages français doutent particulièrement de l’efficacité du même gouvernement face à la menace de guerre actuelle qui se présente dans le pays. Si maîtriser le prix de l’immobilier, proposer des solutions fiscales avantageuses, et redynamiser la construction neuve semblent dans les cordes de l’Etat, les menaces proférées par Vladimir Poutine et ses menaces nucléaires n’encouragent en rien les acheteurs. En témoigne le dernier sondage IPSOS / Sopra Steria qui affirme que 90% des ménages les plus engagés craignent de devoir suspendre leur projet immobilier, à cause de la situation actuelle.

« Le marché immobilier repose sur la confiance des ménages. […] L’horizon pour la paix n’est pas dégagé et l’inflation est galopante. […] La crise peut aboutir à des reports de projets. »

Thomas Lefebvre
Un homme refusant une enveloppe

Vers une baisse certaine des ventes et des locations

Après un début d’année pourtant prometteur pour l’immobilier français, le conflit russo-ukrainien risque d’engendrer un fort ralentissement des transactions. Les experts annoncent une baisse certaine des ventes et des locations en France, essentiellement sur les biens de luxe et les locaux professionnels qui sont essentiellement exploités par des investisseurs Russes. Par conséquent, l’immobilier neuf devrait également connaître une hausse inévitable.

« La crise ukrainienne a un impact sur les prix d’un certain nombre de matières premières, comme le pétrole, le gaz et d’autres produits, tels que par exemple le bois, dont nous sommes importateurs depuis la Russie notamment, et qui servent à la construction et à l’entretien des logements ».

Henry Buzy-Cazaux, le président fondateur de l’Institut du Management des Services Immobiliers
Refus de vente immobilière

… et éventuellement des taux de crédit

En janvier 2022, les spécialistes de l’immobilier ont annoncé une éventuelle hausse du taux de crédit en France. Une hausse qui semblait à ce jour, maîtrisée par les banques qui ont juste renforcé les conditions d’octroi des prêts. Cependant, l’actuel conflit russo-ukrainien pourrait provoquer une hausse incontrôlable des taux d’emprunt. Des taux qui dépendent essentiellement des rendements exigés par les investisseurs en contrepartie de l’achat d’obligations souveraines, émises par l’Etat pour financer sa dette.

Sandrine Allonier, la directrice des études et porte-parole de Vousfinancer, de faire référence à l’augmentation des taux à l’issue de la qualification au second tour de l’élection présidentielle de Marine Le Pen, en mai 2017.

Equilibre crédit et achat immobilier